Archives pour la catégorie Jardins d’intérêt culturel

marrakech & jacques majorelle

Jacques Majorelle
Jacques Majorell

En pleine ville de Marrakech, «Terre de Dieu» dans la langue berbère, il y a peu des espaces ouverts au public qui produisent une sensation de soulagement, de fraîcheur et de paix comme la Ménara, les Tombeaux saadiensle Palais de la Bahia, le Agdâl ou le Jardin Majorelle. Ce dernier, en raison de la richesse des végétales qui le composent, est aussi le jardin botanique de la ville. Qu’est-ce que a découvert Jacques Majorelle dans Marrakech? Quels paysages ontIMG_20150826_133031 séduit à cet artiste?Ce jardin est le résultat de la fusion de l’esprit et l’art de Majorelle avec l’environnement paysager et  culturel de Marrakech. Un espace original, unique et profondément personnelle qui fait partie du patrimoine culturel marocain.

Continuer la lecture →

Marrakech & Jacques Majorelle: In the city of Marrakech, God’s Earth in the Berber language, there are few public open spaces that produce a feeling of relief, freshness and peace as the Ménara, the Saadian graves, the Bahia Palace, the Agdâl or the Garden Majorelle which it is also the botanical garden in Marrakech for the richness of its plants. What did Jacques Majorelle discover in Marrakesh? Which landscapes did seduce this artist? This garden is the result of the fusion of the mind and the art of Majorelle with the cultural and environmental landscape surroundings of Marrakech. An original, unique and deeply personal space that forms part of the Moroccan cultural heritage.     Continue reading

 

 

 

La Dahlia imperialis ‘Alba’ a fleuri dans le Jardin du Castel Sainte-Claire

RODRIGUEZ, Marìa; Dahlia imperialis Alba; 24 novembre 2014; Castel Sainte-Claire, Hyères, Var, Provence Alpes Cote d'Azur, France; l’image pris à partir du site Le jardin de sel: https://jardinagemediterraneen.com/ Certaines espèces de Dahlia ont été amenées en provenance du Mexique vers l’Europe dans les années 1500. La Dahlia a été décrite pour la première en 1863 par Benedikt Roezl, le grand collectionneur d’orchidées tchèque et voyageur, qui, dix ans plus tard, est allé sur son odyssée à travers les Amériques. Aujourd’hui nous pouvons jouir de ce Dahlia à la Méditerranée et ses fleurs nous reçoivent à l’entrée du Jardin du Castel Sainte-Claire. C’est un jardin en terrasses d’une superficie de 6500 m2 qui offre des vues remarquables sur la ville, son site et la mer. La RODRIGUEZ, Marìa; Dahlia imperialis Alba; 24 novembre 2014; Castel Sainte-Claire, Hyères, Var, Provence Alpes Cote d'Azur, France; l’image pris à partir du site Le jardin de sel: https://jardinagemediterraneen.com/ richesse botanique est importante: des salvias, opuntias, lantanas, yuccas, sauges… Cet espace est protégé par la ville de Hyères depuis 1957 et il abrite depuis 1989 les bureaux du Parc National de Port-Cros. Son existence ou son histoire est venue surtout par des personnages illustres comme le marin et archéologue Olivier Voutier (1796-1877), dont la tombe est dans  la partie haute du jardin près d’une tour belvédère, et par la romancière américaine Edith Wharton (1862 – 1937).

Le Jardin Moderne de La Villa Noailles

APLC 2

Cet espace Moderne, pionnier dans son temps (’20), nous a hypnotisés avec son style. Nous vous racontons parce que ce projet a surgi et les personnages importants de l’époque qui ont participé à la construction de La Villa.

«… Charles et Marie-Laure de Noailles ont été un couple d’aristocrates amis des artistes novateurs, un site superbe sur la côte méditerranéen, un architecte parisien au physique de jeune premier de cinéma, Robert Mallet-Stevens, qui à ce moment partage avec Le Corbusier le rôle de vedette de la modernité: l’inventaire des données qui, en 1923, mènent à l’édification de la villa Noailles à Hyères est saisissant.

Noailles 4Ici tout résiste à l’identification de l’architecture à un projet, produit d’une conception homogène et d’une unité programmatique. 

L’interprétation implique ici une approche sans complaisance, puisque tout dérange l’ordre et la sérénité des clichés culturels, qu’ils soient liés à l’exercice du mécénat aristocratique ou au métier d’un architecte célèbre. Le délabrement du bâtiment choque tout d’abord la convention implicite de pérennité qui fonde la tradition de l’architecture européenne…

Continuer la lecture >